Le ményanthe, un bien étrange nom pour une si belle des marais…

SUISSE, JONCS, D5, 13 MAI 2015 31 - Version 3

UNE MERVEILLE A PORTÉE DE NOS MIRETTES

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 6 - Version 2

TOUT EN ÉLÉGANCE…

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 10 - Version 2

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 34 - Version 2

IL EST UNE FLEUR DISCRÈTE DANS LES MARAIS DE MONTAGNE QUI VAUT LA PEINE QU’ON S’Y ARRÊTE ET QU’IL SERAIT BÊTE DE NE PAS OBSERVER, CAR LA FLEUR DES MARAIS A TOUT D’UNE BELLE ET GRANDE FLEUR. SES COULEURS TENDRES, SA FINESSE ET SON ESTHÉTIQUE LUI VONT A RAVIR ET ANNONCE AVEC FRACAS LES JOURS D’ÉTÉ. PLEINE DE VERTUS THÉRAPEUTIQUE ET DE BONNES CHOSES POUR LA SANTE, CETTE PLANTE DITE AUSSI TRÈFLE DU CASTOR OU TRÈFLE DE LE FIEVRESUISSE, JONCS, D5, 13 MAI 2015 43 - Version 2

Le ményanthe est une plante médicinale ayant des propriétés de tonique amer, il ouvre l’appétit tout en aidant à la digestion. Le ményanthe est efficace en traitement de la dyspepsie et le mal des transports, mais aussi l’asthénie et l’inappétence. Il est utilisé contre le surmenage et les douleurs rhumatismales, la fièvre et les dermatoses.

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 34

Ményanthe propriétés thérapeutiques et médicinales :

En règle générale, les propriétés du ményanthe diffèrent peu de celles de la gentiane.

Comme elle, c’est un tonique amer qui ouvre l’appétit, purifie le sang et aide à la digestion.

Elle est bénéfique dans la dyspepsie, et le manque d’appétit, la mauvaise digestion, ainsi que le mal des transports, l’asthénie et le surmenage, les douleurs rhumatismales et la fièvre, la dermatose et les dartres, l’inappétence et l’acné.

En outre, elle régule les règles et a des propriétés vermifuges, toniques, digestives, emménagogues, dépuratives et fébrifuges.

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 26 - Version 2

Ményanthe utilisation traditionnelles vertus :

Au XVII siècle, Simon Paulli guérissait le scorbut avec cette plante riche en vitamine C, par la suite, on la recommandait toujours pour cet usage.
Elle était encore considérée comme fébrifuge, ainsi que son ancien surnom populaire de trèfle des fièvres, en témoigne, elle est encore utilisée dans certaines régions contre la fièvre.
Cazin l’utilisait, au XIX siècle, contre le rachitisme, la scrofule, la paresse d’estomac, les maladies de peau et même la goutte, le rhumatisme et l’arthrite.

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 83 - Version 2

Origine :

Le ményanthe est une plante vivace aquatique, d’une hauteur allant de 20 à 40 cm, vivant dans les marais et les tourbières.
On la rencontre dans les montagnes et le nord de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique. Elle est occasionnellement cultivée pour décorer les pièces d’eau.
La souche est un rhizome épais et charnu d’où partent, munies d’un long pétiole engainant, des feuilles formées de trois larges folioles évoquant celles du trèfle.
Ses jolies fleurs d’un blanc rosé, disposées en grappes à l’extrémité d’une hampe longue et nue, apparaissent d’avril à juin, le fruit est arrondi, surmonté d’un style persistant qui renferme de nombreuses graines jaunâtres et luisantes.
La plante entière est très amère.

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 87 - Version 2

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 116 - Version 2

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 89 - Version 2

SUISSE, JONCS, D7100, 13 MAI 2015 177 - Version 3

SOURCES : http://www.complements-alimentaires.co/menyanthe/

Commentaires fermés sur Le ményanthe, un bien étrange nom pour une si belle des marais…

Classé dans Chroniques